Crédit retraité : les conditions pour emprunter

Parfois, un retraité aura besoin de solliciter un crédit pour financer l’un de ses projets : voyage, maison, travaux ou encore achat de voiture. Il n’est pas toujours chose aisée pour un retraité de se voir accorder un crédit, surtout à un taux intéressant. Il existe pourtant quelques solutions pour permettre au retraité d’emprunter en toute sérénité. Zoom sur les crédits pour retraités.

Entretien Individuel Retraite
© istock

Savoir anticiper sa retraite

Dans la théorie, il n'y a pas de limite d'âge pour souscrire un crédit immobilier. Cependant, bon nombre de futurs retraités préfèrent emprunter avant de partir à la retraite. En 2013, les plus de 50 ans étaient 11% à faire ce choix, contre 17% actuellement. Le passage à la retraite est un moment clé car seulement 4% des plus de 60 ans ont souscrit un prêt immobilier.

Il est vrai que les organismes prêteurs peuvent voir comme risqué de prêter à des seniors car ils tentent surtout de trouver des personnes en mesure de rembourser leur emprunt. Les banques préfèrent donc tabler sur la sécurité et la capacité du retraité à rembourser son emprunt plutôt que sur le type de projet immobilier des retraités. Les banques ont tendance à mieux considérer les clients arrivant à la retraite car leurs revenus sont plus stables et souvent, ils n'ont plus d'enfants à charge. Et l'organisme prêteur peut aussi anticiper la baisse des revenus à la retraite en ne prenant en compte que 70% des revenus du senior lors de l'évaluation de la capacité d'endettement et du chiffrage de son offre. Il peut également réduire le montant des mensualités de remboursement dans le temps pour s'adapter à cette baisse.

Le crédit à la consommation pour retraité : le bon plan ?

Un jeune retraité, qui a moins de 70 ans à la fin de son crédit à la consommation, ne présente pas de difficultés. C'est un genre de clients apprécié des banques car il a des revenus stables (même en cas de petite retraite) et aucun risque de se retrouver au chômage. Souvent, le jeune retraité est déjà propriétaire de son logement et n'a plus de crédit immobilier à rembourser. De plus, sa capacité d'endettement sera plus conséquente.

Un prêt conso senior est, toutefois, un crédit comme les autres et le jeune retraité s'engage à le rembourser dans les temps. Les prêts à la consommation souscrits par un senior lui permettent de vivre son quotidien plus facilement (ce qui passe par l'achat d'un lave-vaisselle ou d'un aspirateur robot, par exemple).

Le prêt personnel senior concerne les retraités de moins de 70 ans. Ce type de crédit à la consommation n'est pas affecté à un achat, c'est-à-dire que le demandeur peut financer ce qu'il souhaite sans avoir à se justifier à son organisme prêteur. Dans ce cas, l'assurance est facultative.

Après 70 ans, cela se complique. En effet, au niveau de la santé, un risque réel peut apparaître pour une grande majorité des seniors. Souvent, les banques ne sont pas prêtes à prendre de risques et exigent donc du senior qu'il prenne une assurance emprunteur. Il existe la convention AERAS (S'Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) permettant aux personnes malades ou handicapées d'emprunter dans de bonnes conditions mais elle n'est plus accessible aux seniors de plus de 70 ans...

Il est aussi possible aux retraités de passer au crédit à la consommation sans banque. Consommation collaborative, finance participative, crowdlending ou plate-forme en ligne sont autant de nouveaux concepts qui permettent des crédits à la consommation, sans conditions d'âge, pour tous les particuliers. Le prêt à la consommation sans banque passe par Internet ou des établissement privés et les taux proposés sont attractifs, avec des coûts de fonctionnement minimes et des financements provenant de l'épargne d'investisseurs-prêteurs.

Pret Immo Senior
© istock

L'assurance emprunteur

Si les revenus ou l'apport d'un senior sont importants, il peut envisager en toute sérénité de faire un prêt immobilier à 60 ans, voire même à 70 ! L'établissement prêteur peut toutefois imposer des conditions plus sévères et fixer un coût plus élevé pour l'assurance-décès-invalidité. La banque cherche ainsi à se protéger car l'assurance-emprunteur prend le relais si le souscripteur vient à décéder.

Souscrire un emprunt immobilier jusqu'à 65 ans, ne pose pas de problème. Les organismes de prêt proposent alors des offres d'assurances groupes négociées permettant de mutualiser les risques entre les adhérents. En revanche, après 65 ans, l'assurance-décès-invalidité peut être un frein car sa couverture ne s'étend pas au-delà de 75 ou 80 ans. Il peut être compliqué de faire un prêt immobilier d'une durée de 15 ans à 65 ans.

Si le crédit ne concerne pas un prêt immobilier, alors les assurances ne sont pas obligatoires. Cependant, après 70 ans, les organismes de crédit peuvent refuser de souscrire un crédit à un retraité si celui-ci ne prend pas d'assurance. Dans ce cas, les organismes n'ont même pas besoin de justifier leur décision. Attention, toutefois, l'assurance-décès-invalidité est, elle, obligatoire dans le cadre de tout achat immobilier. Aujourd'hui, les assurances emprunteurs sont plus abordables. De plus, faire jouer la concurrence permet également d'avoir des taux plus intéressants. Le prix des assurances tend à baisser, même s'il reste relativement plus élevé pour des retraités que pour des emprunteurs plus jeunes. En effet, les assurances considèrent que plus une personne avance en âge et plus les risques sont élevés. De fait, plus les prix le sont également. Ainsi, même si un retraité réussit à obtenir un prêt à un taux intéressant, le prix de l'assurance peut occasionner un TAEG (taux annualisé effectif global) dépassant le taux d'usure.

Si le retraité ne veut pas ou ne peut pas prendre d'assurance, il doit pouvoir apporter d'autres garanties. Ce qui compte réellement pour se voir accorder un crédit sans trop de problèmes, c'est l'état de santé global. Si le retraité veut souscrire à un prêt senior sans assurance ni questionnaire de santé, néanmoins, il lui est possible d'opter pour un prêt alternatif. Ces derniers n'exigent pas d'assurance et donc aucun questionnaire de santé n'est mis en place. Il faut, cependant, avoir une garantie à placer dans la balance comme le nantissement d'une assurance-vie (moyen permettant au souscripteur de profiter d'un prêt dans les meilleures conditions : le souscripteur donne son contrat en garantie à son créancier) ou une hypothèque sur un bien immobilier. Il est possible également d'opter pour un prêt viager hypothécaire. C'est une solution particulièrement adaptée aux retraités sans héritier.

JDS
160

A lire aussi :

Aucun commentaire à Crédit retraité : les conditions pour emprunter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires