Les maisons partagées pour les seniors

Dans un contexte où la population française tend à vieillir de plus en plus, la problématique de l’hébergement des seniors a émergé. Entre maison de retraite et EHPAD, une solution parvient à tirer son épingle du jeu : les maisons partagées. Quel en est le principe ? Quels sont les avantages d’une maison partagée ? Focus sur une nouvelle pratique qui lutte contre l’isolement des seniors.

Senior Heureux Residence
© istock

Qu'est-ce qu'une maison partagée ?

Mieux gérer le vieillissement de nos aînés est une problématique primordiale aujourd'hui. Au vu de certains débats houleux concernant la maltraitance institutionnelle des seniors, certains citoyens et associations ont imaginé une solution permettant de venir en aide aux seniors, notamment ceux qui vivent en situation précaire : les maisons partagées. Ce sont des établissements d'un nouveau genre, réservés aux personnes âgées. Elles ont été développées pour permettre aux seniors de continuer à vivre en toute autonomie mais aussi pour leur éviter un trop grand isolement et de souffrir de la solitude. Ce sont des types d'hébergement qui comptent sur la solidarité et l'humanité des instigateurs mais aussi de tous les colocataires concernés.

Ces maisons partagées peuvent prendre la forme d'appartements ou de maisons mitoyennes de plain-pied et comprendre des parties privées comme des parties communes (terrasse, jardin, pièce de vie, voire même une bibliothèque...). L'accès à Internet y est partagé. Tout a été pensé pour permettre aux personnes à mobilité réduite d'y résider.

Les maisons partagées sont comme une colocation pour seniors. Pour que cela fonctionne, il convient que chacun y mette de la bonne volonté, que tout le monde s'entende bien mais aussi que les collectivités locales, impliquées dans le projet, donnent leur appui pour trouver des alternatives meilleur marché aux maisons de retraite.

Ce sont souvent des associations qui gèrent ce genre de structures, à l'image d'Âge sans frontières (dans le Tarn), des Babayagas (à Montreuil depuis 1999) ou la Maison Mosaïque (à Chambery). Si le projet a vu le jour dans le Tarn, désormais les maisons partagées fleurissent un peu partout sur le territoire, notamment dans certaines zones où il n'est pas possible d'installer de MARPA (maison d'accueil et de résidence pour l'autonomie) car cela pourrait être trop onéreux.

Colocation Senior Amis
© istock

Quels sont les avantages de ce genre de structure ?

Ces alternatives aux maisons de retraite sont souvent proposées à des tarifs bien plus intéressants, surtout pour les seniors ayant des revenus faibles. Il est également possible de bénéficier de l'allocation logement et/ou de l'aide sociale pour tous les résidents des maisons partagées. Intéressant pour ceux qui vivent avec une petite retraite ! Comptez environ 1000 euros, en moyenne, pour un hébergement en maison partagée.

Là où c'est différent des maisons de retraite classiques, c'est qu'il y a plus d'accompagnants (ce qui peut parfois manquer dans les maisons de retraite classiques, par exemple). En effet, est mis en place un service assuré par des gouvernantes (comme c'est le cas dans les maisons partagées du Tarn notamment) qui se chargent, de 10h à 17h tous les jours, de faire les courses avec les résidents, de préparer les menus et les repas (les plus équilibrés possible pour éviter la dénutrition des seniors) et qui s'occupent aussi de la blanchisserie.

Les maisons partagées donnent aussi l'impression au senior de rester chez lui, et de garder une certaine indépendance, chose qui est moins possible en maison de retraite. Cela leur permet aussi de participer à la vie citoyenne de la maison, aidant ainsi les autres grâce à leur expérience, leur savoir-faire et leurs diverses connaissances. Néanmoins, attention : il existe tout de même un certain manque de liens entre ces structures et le milieu médico-social ainsi qu'avec les divers acteurs de santé spécialisés surtout dans la gérontologie. Ces habitats restent donc des solutions passagères, des domiciles de substitution et non pas des lieux où rester jusqu'à la fin de sa vie. Ce sont donc des solutions intermédiaires car parfois le grand âge nécessite des soins médicaux spécifiques ou un accompagnement à la fin de vie qui ne peuvent pas s'effectuer à domicile ou dans des lieux pas adaptés.

Les maisons partagées permettent de renouer avec certaines valeurs qui ont tendance à se perdre à notre époque comme la solidarité entre voisins. Cela permet aussi d'aider les seniors dont les proches vivent trop loin ou qui n'ont pas la possibilité de les prendre en charge.

Chacun peut également se sentir chez soi dans ce genre de structures, mais sans connaître l'isolement de vivre seul(e).

Aucun commentaire à Les maisons partagées pour les seniors

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires