Partir à la retraite sans la totalité des trimestres : est-ce possible ?

En France, le système de retraite générale fonctionne sur une méthode de cotisation de trimestres. Il faut avoir cotisé et validé un certain nombre de trimestres pour toucher votre retraite à taux plein. Qu’en est-il si vous n’avez pas la totalité de vos trimestres ? Pouvez-vous tout de même partir à la retraite ? Qu’en est-il de la pension ? On éclaircit tout ça ici.

Senior Retraite 60 Ans
© istock

Partir à la retraite sans tous ses trimestres : quels risques court-on ?

Si vous décidez de partir à la retraite sans avoir validé tous vos trimestres, alors sachez que vous risquez de subir une décote sur votre pension de retraite. Dans les régimes de base, la décote s'applique sur chaque trimestre qu'il vous manquera, à hauteur de 1,25%. Concernant les régimes de retraite complémentaire, c'est un coefficient de minoration qui s'applique, calculé grâce à un système de points à hauteur de 0,625 points par trimestre manquant.

Pour connaître votre décote, c'est simple : vous devez connaître le nombre de trimestres qu'il vous manque et regarder votre coefficient de minoration (qui diffère selon votre année de naissance).

Travailler plus longtemps : la solution ?

Si vous avez atteint l'âge légal de départ en retraite mais que des trimestres vous manquent, alors la première solution est assez évidente : vous devez travailler plus longtemps ! Il vous est possible de travailler au-delà de 62 ans. En effet, cela a pour objectif de vous faire cotiser jusqu'à l'obtention du nombre de trimestres requis, selon votre génération pour ensuite toucher votre retraite à taux plein. Ainsi, si vous travaillez un an de plus, vous aurez 4 trimestres supplémentaires. Si vous avez besoin de 6 trimestres, il vous faudra alors travailler un an et demi pour y parvenir.

En revanche, s'il vous manque plus de trimestres (jusqu'à 20), que vous n'avez pas de possibilité de toucher de pension sans décote, et que travailler quelques années de plus ne suffit pas, vous devrez rester dans la vie active jusqu'à atteindre l'âge du taux plein (67 ans).

Attendre d'avoir atteint l'âge du taux plein

Dans les régimes de retraite, il est aussi question de l'âge de retraite à taux plein : il s'agit de l'âge auquel une quelconque minoration touchant votre pension va disparaître automatiquement, même si vous n'avez pas le nombre de trimestres qui convient. Il peut être judicieux de travailler jusqu'à cet âge-là pour justement limiter les effets de la décote sur votre pension de retraite.

Pour les personnes nées après 1955, l'âge légal de taux plein est fixé à 67 ans. C'est une limite d'âge pour les salariés du privé, les fonctionnaires sédentaires et les indépendants. Les fonctionnaires dits actifs et les agents « insalubres » de la fonction publique n'ont pas la même limite d'âge : 62 ans pour les premiers et 57 pour les seconds.

Il est important de noter que certaines personnes ayant une situation professionnelle et/ou personnelle spécifique peuvent avoir une retraite à taux plein dès 65 ans et ce peu importe le nombre de trimestres qu'ils ont cotisé. Cela inclut :

  • les titulaires de l'allocation des travailleurs de l'amiante
  • les assurés nés entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1955 qui ont eu (ou élevé) au moins 3 enfants, ont dû réduire ou arrêter leur activité pour élever l'un de leurs enfants et qui ont validé un nombre de minimum de trimestres avant de s'arrêter
  • les cotisants qui ont du arrêter de travailler pour devenir aidant familial
  • les parents qui ont validé au moins un trimestre concernant la majoration de durée d'assurance pour leur enfant handicapé
  • les assurés qui ont aidé de manière effective, soit en tant que salarié soit en tant qu'aidant familial, pendant au moins 30 mois consécutifs l'un de leurs enfants touchant la prestation de compensation du handicap
  • les personnes handicapées.

Il est important de noter que même si ne subirez pas de minoration, le montant de votre pension pourrait être affecté par le nombre de trimestres que vous avez cotisés. De fait, arriver à l'âge de retraite à taux plein ne vous donne pas des trimestres en plus.

Calcul Retraite
© iStock

Le rachat de trimestres, le principe

S'il vous manque des trimestres mais que vous ne souhaitez pas continuer à travailler, vous avez alors la possibilité de procéder au rachat de trimestres. Il est possible de racheter des trimestres de cotisations vieillesse pour annuler la décote sur votre pension et donc toucher une retraite de base à taux plein.

Le rachat de trimestres, également appelé versement pour la retraite (ou VPLR) vous permet de valider des périodes de travail qui n'auraient pas été converties en cotisations. Dans le secteur privé, il faut être âgé de 20 à 66 ans pour pouvoir faire un versement pour la retraite et cela sans bénéficier d'une retraite du régime général. Si vous respectez les conditions, vous pouvez racheter jusqu'à 12 trimestres (soit 4 par an). Les différentes périodes concernées sont : le chômage, le travail saisonnier, le contrat à durée déterminée, le temps partiel également. De plus, les années d'études en établissement supérieur, en école technique supérieure ou dans une grande école ainsi qu'en classe préparatoire vous donnent la possibilité de verser pour votre retraite.

Il existe d'autres possibilités de rachat, moins connues qui concernent les périodes d'apprentissage, mais aussi les assistants maternels ou les enfants de harkis.

Le rachat de trimestres comporte plusieurs possibilités. Il peut, par exemple, ne porter que sur le taux pris en compte lors du calcul de la retraite ou bien sur le taux ainsi que la durée d'assurance retenue. Dans le secteur public, parfois, il n'y a que la durée d'assurance qui peut être majorée. L'option choisie, l'âge au moment de la demande de rachat et le niveau de rémunération peuvent aussi avoir une influence sur le coût du trimestre et donc sur le montant de votre pension.

En revanche, il convient de noter que le rachat de trimestres coûte cher. En effet, en 2016, le montant est de 1055 euros, au minimum, pour une personne de 20 ans avec un revenu d'activité inférieur à 20962 euros qui rachète au titre du taux. Le maximum peut vite monter à 6684 euros, pour une personne de 62 ans avec un salaire annuel au-dessus de 38616 euros ayant un versement pour la retraite au titre du taux et de la durée d'assurance.

Aucun commentaire à Partir à la retraite sans la totalité des trimestres : est-ce possible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires