Tout comprendre à la revalorisation des retraites en 2020

Depuis le 1er janvier 2020, les retraites ont été revues à la hausse et une autre augmentation est prévue en novembre prochain. Après la suppression de l’augmentation annuelle, le gouvernement a finalement procédé à la revalorisation des retraites. Pourquoi ce changement de cap ? Qu’est-ce qui change pour les pensions de retraite ? Qui est concerné ? Le point sur les mesures déjà appliquées ou annoncées.

Illustration Couple Senior Retraites Avec Argent Cotisation
© istock

Des retraites indexées sur l’inflation jusqu’en 2019

Les retraites sont calculées grâce au salaire annuel moyen perçu par le retraité lorsqu’il était en activité. Depuis 1987, les retraites sont indexées sur le niveau de la hausse des prix. Chaque année, donc, les retraites augmentent en suivant le taux d’inflation. Cela permet de ne pas grignoter le pouvoir d’achat des seniors au fil des années.

Ces revalorisations des retraites étaient mises en vigueur tous les ans, à partir du 1er octobre, en prenant compte des prévisions d’inflation. Toutes les personnes à la retraite étaient concernées.

Depuis, le gouvernement Macron a remis en cause ce principe. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 a décalé la revalorisation des retraites au 1er janvier 2019, qui n’étaient, dès lors, plus indexées sur l’inflation. L’augmentation était calculée en fonction d’un taux fixe de 0,3 %. Ce qui est bien inférieur au taux d’inflation enregistré pour cette année-là. Par ailleurs, l’augmentation concernait seulement les pensions globales, de base et complémentaire.

En janvier 2019, une hausse 0,3 % a donc été appliquée, et cela devait être à nouveau le cas en janvier 2020. Cette réforme a permis de réaliser 2,8 milliards d'euros d’économies en 2019, et devait permettre d’atteindre un montant équivalent en 2020. Seulement, en 2018, le taux d’inflation était de 1,8 %, et à peu près identique en 2019, sachant que depuis 2013 le montant des retraites a été gelé. En 2020, la hausse des prix est estimée entre 1 et 1,5 %.

En clair, en 2019 un retraité touchant 2000 euros mensuel en 2018, a vu sa pension augmenter de 0,3 %, soit 6 euros par mois, soit une augmentation de 72 euros par an. Très peu en comparaison de ce qu’il aurait touché si les retraites étaient toujours indexées sur l’inflation, qui était de 1,8 % en 2018. En effet, la même personne aurait alors perçu 2024 € par mois, soit 288 euros par an. La perte est donc de 18 euros par mois et 216 euros par an.

Retour sur ce principe pour préserver le pouvoir d’achat des retraités

Après l’expression du mécontentement des syndicats et des retraités, le gouvernement a finalement changé d’avis. Une revalorisation des retraites suivant l’inflation a donc été mise en place dès janvier 2020 sur les pensions inférieures à 2000 euros par mois. La réindexation de toutes les retraites, même au-dessus de 2000 euros, viendra en 2021.

En janvier 2020, les retraites inférieures à 2000 euros ont donc augmenté de 1 % en tenant compte de l’inflation. Pour une retraite de 2000 euros, cela représente 20 euros supplémentaires par mois, tandis qu’avec le taux fixe de 0,3 %, le même retraité n’aurait touché que 6 euros en plus.

Par un ailleurs, un dispositif de lissage a été créé pour que les retraités qui touchent à peine plus que 2000 euros par mois, ne se retrouvent pas avec une pension inférieure à celui qui touche un peu moins de 2000 euros. C’est ce qu’on appelle l’effet de seuil. Le gouvernement a donc créé un barème évolutif pour ajuster les pensions. Il existe dorénavant 5 niveaux de revalorisation des retraites. Ces derniers ont été intégrés à l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Pension totale brute Niveau de revalorisation
Inférieur ou égal à 2.000 euros 1 %
Supérieur à 2.000 euros et inférieur ou égal à 2.008 euros 0,8 %
Supérieur à 2.008 et inférieur ou égal à 2.012 euros 0,6 %
Supérieur à 2.012 euros et inférieur ou égal à 2.014 euros 0,4 %
Supérieur à 2.014 euros 0,3 %

 

Pour les retraités percevant plus que 2014 €, le taux fixe de 0,3 % est appliqué avant la réindexation sur la hausse des prix en 2021.

Cette revalorisation des retraites est donc déjà en place pour près de 70 % des retraités qui perçoivent des pensions inférieures à 2000 euros. Par ailleurs, cette mesure s’ajoute à l’annulation de l’augmentation de la CSG (contribution sociale généralisée), prélevée par l’URSSAF sur les revenus d’activité et du patrimoine.

Agirc - Arrco, revalorisation des retraites complémentaires

La revalorisation des retraites basée sur le taux d’inflation concerne à la fois les pensions globales de base et les complémentaires. Si les retraites de base sont calculées sur le salaire annuel moyen du retraité, ce n’est pas le cas des complémentaires. Ces dernières sont calculées sur le nombre de points acquis au cours de la carrière. Ensuite, le montant de la pension est multiplié par la valeur du point de revalorisation choisis par les partenaires sociaux, et qui est réévalué chaque année.

En novembre 2019, les partenaires sociaux se sont mis d’accord pour appliquer un taux de hausse du point Agirc - Arrco de 1 %. En 2018, ce point était de 1,2588.

1,2588 + (0,01 x 1,2588) = 1,2714, ce qui correspond à la nouvelle valeur du point en novembre 2019.

Le montant initial des pensions est ensuite multiplié par cet indice. Les retraités du secteur privé ont donc vu leur pension augmenter de presque 1,3 % en novembre 2019.

La date convenue par les partenaires sociaux pour revaloriser les retraites Agirc - Arrco est le 1er novembre de chaque année. La prochaine hausse des retraites complémentaires sera effectuée dès le 1er novembre 2020.

Bon à savoir : les pensions de retraite complémentaire étaient auparavant versées tous les trimestres. Depuis 2014, les retraités les perçoivent tous les mois, le 1er, le 2 ou le 3 de chaque mois.

Aspa Allocation de solidarité aux personnes âgées

L’ex minimum vieillesse, renommé Aspa (Allocation de solidarité aux personnes âgées) a fait l’objet d’une forte revalorisation par le gouvernement. Ce dernier a décidé de porter ce minima social à plus de 900 euros par mois, sous certaines conditions, dès 2020.

Depuis le 1er janvier 2020, une personne seule sans ressources percevra donc  903,20 € par mois, soit 10 838,40 € par an.

Deux personnes sans ressources percevront 1402,22 € par mois, soit 16 826,64 € par an.

Découvrez toutes les conditions nécessaires pour percevoir l’Aspa sur le site internet du gouvernement.

JDS
86

A lire aussi :

Aucun commentaire à Tout comprendre à la revalorisation des retraites en 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires