Arthropathie dégénérative : tout savoir sur cette maladie articulaire

L’arthropathie dégénérative est aujourd’hui la seconde cause d’invalidité en France. Plus connue sous le nom d’arthrose, cette maladie dégénérative affecte le cartilage, limite les mouvements quotidiens. Elle est aussi cause de douleurs et d’inflammations.  Cette pathologie articulaire touche plus particulièrement les femmes après 50-55 ans. Quels sont les symptômes, les facteurs de risques et les solutions médicales pour soigner cette maladie ?

Arthropathie Dégénérative Articulation
© istock

Qu’est-ce que l’arthropathie dégénérative ?

L’arthrose est une maladie articulaire qui regroupe plusieurs troubles affectant le cartilage hyalin et l’os sous-chondral, la partie de l’os se trouvant sous la cartilage - à ne pas confondre avec l’arthrite. Elle est causée par un déséquilibre entre la synthèse et la dégradation du cartilage. L’arthropathie dégénérative peut ainsi toucher plusieurs zones du corps, au niveau des articulations : mains, genoux, pieds.

Le cartilage se situe entre deux os et joue un rôle dans la bonne exécution des mouvements et la mobilité des articulations. L’arthropathie se manifeste par l’effritement et la fissuration du cartilage qui, peu à peu, disparaît. Ensuite, des excroissances osseuses se forment autour des zones affectées, déformant les articulations. Les personnes atteintes éprouvent des difficultés à réaliser certains mouvements, ainsi que des douleurs très gênantes au quotidien, causées par l’inflammation. A un stade avancé, l’arthrose peut être entraîner une invalidité chronique.

Causes et facteurs de risques de l’arthrose

Les causes exactes de l’arthropathie ne sont pas encore connues, mais il existe plusieurs facteurs de risques reconnus :

  • l’âge : le nombre de personnes affectées augmente significativement après 50 ans ;
  • le sexe : les femmes sont beaucoup plus touchées par cette pathologie. La ménopause, en raison de la diminution d’oestrogène, pourrait en être une des raisons ;
  • l’hérédité : il existe un facteur génétique démontré. L’héritage génétique jouerait un rôle jusqu’à 65 % dans le développement de l’arthrose. C’est pour cela que l’on parle souvent d’arthrose familiale ;
  • L’activité professionnelle : la répétition de certains mouvements peut engendrer l’apparition d’une arthrose à long terme ;
  • Le sport : il peut également être facteur de risque à cause des traumatismes subis par les articulations. On retrouve donc beaucoup de cas chez les sportifs de haut niveau.
  • surpoids et obésité : bien qu’ils ne soient pas la cause directe de cette pathologie, ces facteurs peuvent aggraver la maladie en pesant sur les articulations ;
  • traumatismes : les fractures et blessures peuvent enclencher la maladie.
Arthropathie Dégénérative
© istock

Quels sont les symptômes les plus courants ?

 Les raideurs, le premier signe de l'arthropathie dégénérative

L’arthropathie dégénérative n’apparaît pas du jour un lendemain. Elle avance progressivement. Elle peut affecter une ou plusieurs articulations. Au début, vous pouvez sentir une raideur matinale qui s’estompe généralement avec un peu d’exercice ou des mouvements.

Réduction de la mobilité et craquements

Lorsque l’arthrose progresse, il devient de plus en plus difficile d'exécuter certains mouvements. La mobilité se réduit. Le patient peut être sensible à la pression, ressentir des contractures lorsqu’il fléchit, ou encore des sortes de craquements dans l’articulation.

Des corps libres et des ostéophytes, excroissances osseuses, font leur apparition et peuvent provoquer des blocages mécaniques.

Douleurs articulaires

Beaucoup de personnes atteintes d’arthrose ressentent des douleurs ou des inflammations lorsqu’ils sont restés inactifs pendant une longue période de la journée.

Déformations articulaires

Enfin, les excroissances entraînent une déformation de l’articulation.

Plus couramment, l’arthropathie dégénérative se manifeste par des douleurs, une réduction de la mobilité, des craquements et, parfois, des épanchements articulaires. Ce dernier symptôme transcrit la souffrance intra-articulaire par une accumulation pathologique du liquide articulaire qui nourrit et lubrifie les articulations.

Le plus pénible dans cette affection est la douleur ressentie par les patients. Celle-ci est plus présente lors d’activité et s’arrête au repos. Mais lorsque la maladie progresse, elle se manifeste aussi bien durant les mouvements que pendant une période de repos.

Un problème de santé publique

Avec le vieillissement de la population et la sédentarité croissante des personnes, l’arthropathie dégénérative est devenue un véritable enjeu de société. Selon l’INSERM, environ 14 % de la population française serait touchée, soit 9 à 10 millions de personnes. D’après le groupe pharmaceutique Sanofi, près de 80 % des patients atteints d’arthrose sont âgés de plus de 65 ans. Une récente étude américaine a également démontré que l’arthrose du genou affecte deux fois plus de personnes qu’il y a 50 ans.

Arthropathie Dégénérative Kiné
© istock

Comment soigner une arthropathie dégénérative : les solutions

Les problématiques patients

Le traitement de l’arthropathie repose sur trois axes pour améliorer les conditions de vie des patients :

  • la prise en charge de la douleur ;
  • la lutte contre les déformations et le handicap qu’elles entraînent ;
  • le ralentissement de la maladie.

Les traitements médicaux

Pour soigner l’arthropathie dégénérative, plus précisément la gonarthrose ou la coxarthrose, il existe plusieurs types de traitements :

  • antalgiques ;
  • anti-inflammatoires ;
  • anti-arthrosiques ;
  • injections intra-articulaires.

Les anti-inflammatoires et les analgésiques vont servir à réduire les gonflements et diminuer les sensations douloureuses.

Les médicaments chondroprotecteurs sont les seuls spécifiquement conçus pour le traitement de cette maladie articulaire. Ils permettent à la fois de soulager les maux, mais aussi d’améliorer la mobilité en s’attaquant à l’arthrose à la racine. Ces traitements incluent des médicaments tels que le sulfate de chondroïtine, le sulfate de glucosamine et l’acide hyaluronique. Ces médicaments réduisent le besoin de prendre des anti-douleurs et anti-inflammatoires qui peuvent avoir des effets secondaires sur l’estomac, le coeur ou les reins.

Les injections intra-articulaires d’acide hyaluronique, en particulier dans le genou, permettent d’améliorer les mouvements et d’éloigner l’impotence. Cela est efficace pour repousser la pose d’un implant, par exemple.

Maladie Articulations Arthropathie
© istock

Les recommandations thérapeutiques pour réduire les risques et soulager la douleur de l’arthrose

S’il existe des traitements médicamenteux, la première voie pour soulager le patient est de lui apprendre à réduire les risques qui aggravent ou déclenchent des lésions articulaires. Ces conseils peuvent être accompagnés d’un tableau d’exercices personnalisés à réaliser par le patient. Cela rend le patient autonome face à la maladie.

Il peut également être recommandé de perdre du poids pour soulager les articulations. Une perte de 5 à 10 kilos diminue les risques de gonarthrose de 50 %. Cela réduit également les inflammations et la charge articulaire, tout en ralentissant la progression de la maladie.

Enfin, une rééducation fonctionnelle avec un kinésithérapeute peut être prescrite. Ces exercices renforcent l’articulation, notamment grâce à un renforcement musculaire.

Aucun commentaire à Arthropathie dégénérative : tout savoir sur cette maladie articulaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires