Faut-il changer de solution contraceptive après 40 ans ?

Aux alentours de la quarantaine se produisent de nombreux changements chez les femmes. C’est une période de transition mais aussi de pré-ménopause. C’est donc le moment idéal pour réfléchir à sa contraception. Peut-on avoir la même contraception à 40 ans qu’à 20 ? Faut-il changer de contraception une fois la quarantaine arrivée ?

Méthode Contraceptive 40 Ans
© istock

La contraception à 40 ans

Choisir un moyen de contraception n'est pas simple. Pilule progestative, œstroprogestative, stérilet, patch... Les moyens de contraception sont nombreux et il n'est pas toujours facile de trouver celui qui vous correspond. Il est vrai qu'à la quarantaine, nombre de femmes s'interrogent sur ces problématiques, d'autant plus qu'elles entrent dans une période dite de « pré-ménopause ». Ceci dit, il n'y a pas de contraception en particulier recommandée à la quarantaine.

Contraception Après 40 Ans Pilule
© istock

Ce n'est pas l'âge qui compte en contraception. Cela dépend des cas. C'est à partir de 40 ans qu'augmente le risque de pathologies diverses. La fertilité diminue également et l'envie de grossesse peut s'évaporer. Avant de prescrire un certain type de contraception, il faut aussi prendre en compte le fait que la patiente fume ou non, et si elle a des risques de maladies cardio-vasculaires, entre autres.

Les désagréments de la pré-ménopause

Si vos règles sont très abondantes, comme cela peut être le cas en pré-ménopause (les cycles peuvent aussi être plus irréguliers), alors il est possible de se faire poser un stérilet hormonal de style Mirena qui diffuse des hormones en continu. Ce stérilet contribue à ralentir le flux qui, souvent, s'interrompt. Ce genre de stérilet peut aussi être proposé aux femmes atteintes d'endométriose. Il est aussi possible de partir sur une micropilule en continu. C'est une pilule qui ne contient pas d’œstrogène mais du désogestrel. Elle se prend en continu, sans interruption pendant 28 jours. Ainsi, il n'y a pas de règles et aucun désagrément lié aux pertes abondantes.

Si les saignements restent abondants et que cela devient gênant, il est possible de se voir prescrire un traitement progestatif pendant 20 jours par mois qui a un effet contraceptif et qui permet, de plus, de diminuer les règles.

Finies les hormones

Nombreuses sont les femmes qui s'interrogent sur la prise d'une contraception hormonale sur le long terme, sur son impact sur la santé également. Prendre une contraception pendant de longues années n'est pas évident. Si vous souhaitez garder un moyen de contraception efficace et qui ne diffuse pas d'hormones, vous pouvez vous tourner vers les stérilets en cuivre. Ils ne modifient pas les cycles menstruels et ne diffusent aucune hormone. Attention, en revanche, ce traitement est contre-indiqué en cas d'endométriose car cela aggrave les symptômes de manière significative.

Sterilet Contraception Senior
© istock

Pourquoi ne pas également faire confiance au préservatif, moyen de contraception adopté par de nombreuses femmes de plus de 40 ans ? A 40 ans, les femmes continuent d'avoir une sexualité active, avec parfois un divorce, un remariage, etc. Il faut donc que leur contraception soit en adéquation avec leurs envies et leurs besoins. Si l'utilisation du préservatif est plus souvent associé à la jeunesse ou, pire encore, à une relation extra-conjugale, c'est aussi un moyen de contraception fiable. Il faut donc en parler avec son conjoint et accepter de devoir en repasser par là. Devoir tester une nouvelle pilule après 40 ans est très contraignant et beaucoup de femmes ne se voient pas reprendre ce genre de traitement depuis le début.

En finir avec la grossesse

A 40 ans, le risque de grossesse est toujours bien présent car même si la fertilité baisse, elle ne disparaît pas totalement (sauf en cas de problème de fertilité qui requiert d'avoir recours à la PMA). Si vous ne souhaitez plus prendre la pilule mais ne voulez pas d'enfant, il convient donc de vous tourner vers votre gynécologue et de vous faire prescrire un nouveau moyen de contraception de manière à éviter une grossesse non désirée.

Il existe une solution radicale qui permet de supprimer tout risque de grossesse et n'implique aucune prise de contraception, avec ou sans hormone : il s'agit de la ligature des trompes. C'est une opération chirurgicale, sous anesthésie générale, qui permet une stérilisation définitive. C'est une décision à ne pas prendre à la légère. La loi a d'ailleurs mis en place un délai de réflexion de 4 mois entre l'intervention et la première consultation avec votre gynécologue.

Et les patchs ou les anneaux ?

Attention, ces méthodes de contraception libèrent toutes deux des hormones, le patch au niveau de la peau et l'anneau au niveau du vagin : des œstrogènes et un progestatif. Leurs effets sont donc identiques à ceux de la pilule sur l'organisme. C'est pour cela qu'ils ne sont pas forcément recommandés, surtout si les facteurs de risques sont augmentés, comme c'est notamment le cas à la quarantaine. Mieux vaut alors se tourner vers un autre type de contraception.

JDS
160

A lire aussi :

Aucun commentaire à Faut-il changer de solution contraceptive après 40 ans ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires