Chutes et hématome sous-dural chez la personne âgée : comment les éviter ?

Avec l’âge, le risque de chute augmente et, après une chute, un hématome sous-dural peut se former. D’autant plus lorsque la personne est sous aspirine ou sous anticoagulant. Néanmoins, un HSD (hématome sous-dural) peut également se former pour d’autres raisons. Nous vous proposons de découvrir ces causes, les risques, etc., mais surtout comment éviter l’hématome sous-dural ?

Scanner Hématome Cérébral
© iStock

Comprendre ce qu’est l’hématome sous-dural

Pour bien comprendre ce qu’est un hématome sous-dural, il faut d’abord rappeler que le cerveau est enveloppé de trois membranes, appelées méninges. La méninge supérieure, qui est aussi la plus résistante, porte le nom de dure-mère, puis viennent l’arachnoïde et la pie-mère. Lorsque l’on parle d’un hématome sous-dural ou HSD, il s’agit en fait d’une poche de sang qui va se former de façon anormale sous l’effet d’une hémorragie et qui va se développer entre la dure-mère et l’arachnoïde. La conséquence en est la compression du tissu cérébral. De plus, il convient de distinguer l’hématome sous-dural aigu qui va apparaître immédiatement à la suite d’un choc et l’hématome sous-dural chronique qui lui va se former progressivement et se développer durant des jours, voire des semaines. C’est cette dernière forme qui est la plus fréquente chez les personnes âgées. Sur le long terme, il peut tellement grossir que le cerveau est de plus en plus comprimé ce qui fait courir à la personne un risque de lésions cérébrales graves. C’est pourquoi il est important de pouvoir le repérer et d’y penser même longtemps après une chute.

Hématome Sous Dural
© Wikipedia

Les causes

L’hématome sous-dural survient à la suite d’une chute avec un traumatisme crânien. Ce dernier peut même être modéré, par exemple, si, en tombant, la personne s’est cognée contre le mur du couloir. Une petite hémorragie démarre alors qui sera aggravée par le saignement des vaisseaux de la dure-mère. Plus le sang est fluide, plus ils saignent facilement. C’est la raison pour laquelle le risque est plus important chez les personnes qui prennent un anticoagulant pour fluidifier leur sang ou qui suivent un traitement avec de l’aspirine. Un autre facteur aggravant est la consommation fréquente d’alcool.

Quels sont les symptômes ?

Dans le cas d’un hématome sous-dural chronique, il est possible qu’aucun symptôme ne soit décelé immédiatement. Néanmoins, avec le temps, la compression d’une partie du cerveau peut se manifester par les symptômes suivants :

  • des maux de tête qui deviennent de plus en plus forts ;
  • des troubles du comportement ;
  • des troubles de la mémoire ;
  • une confusion mentale ;
  • une légère paralysie qui peut s’aggraver avec le temps ;
  • voire dans les cas les plus graves, des crises d’épilepsie ou le coma.

Si vous constatez qu’une personne âgée se plaint de maux de tête, semble perdre l'appétit ou avoir des nausées, mais aussi, chute plus fréquemment et semble plus lente intellectuellement, il convient d’en discuter avec son médecin traitant.

Que faut-il faire ?

Une chute pouvant générer un tel hématome, il est alors nécessaire de prévenir le professionnel de la santé qui va alors prescrire un scanner cérébral. Il sera ainsi possible de déterminer depuis combien de temps il est apparu, environ, et quels sont ses retentissements sur le cerveau du patient. En cas de doute, il est également possible que le médecin prescrive dans un premier temps de la cortisone à faible dose. Il va également suivre l’évolution pour prendre les décisions en fonction de la situation. Dans le cas où des symptômes graves apparaissent, la décision d’une intervention chirurgicale peut être prise pour ouvrir la dure-mère et laisser sortir le liquide.

Dans tous les cas, en cas de chute ou de suspicion de chute, n’hésitez pas à en faire part au médecin traitant.

Comment éviter l’hématome sous-dural ?

Pour prévenir l’apparition d'hématomes sous-duraux, il convient, dans un premier temps, de parer aux risques de chute en aménageant le lieu de vie, mais pas seulement.

Chute Senior
© iStock

Éviter les chutes chez les personnes âgées

Pour éviter tout risque de chute chez une personne âgée, une solution consiste à aménager l’espace. Voici les mesures que vous pouvez prendre pour le faire facilement :

  • vous pouvez ainsi commencer par libérer l’espace pour simplifier la circulation. Pour ce faire, il suffit de retirer les objets ou les meubles qui peuvent venir encombrer le couloir, par exemple ;
  • les différents fils électriques doivent être fixés aux murs ou installés dans un range-fil pour éviter que la personne ne s’entrave dedans ;
  • si la maison a des tapis, retirez-les. Les bords peuvent se soulever et être à l’origine d’une chute ;
  • si le sol est glissant, optez pour des chaussons avec des semelles antidérapantes ;
  • misez sur l’éclairage pour supprimer toutes les zones d’ombre en veillant à correctement sécuriser les fils électriques ;
  • en cas de problèmes de vue, il est également possible de signaler le bord d’une marche, ou, dans le cas d’un escalier, de toutes les marches, avec une bande dont la couleur se distingue de celle de la marche ;
  • si vous possédez une sortie de bain, remplacez-la par un tapis antidérapant ;
  • des aménagements sont également proposés pour vous permettre de prendre votre douche de façon sécuritaire. Ce peut être soit un tapis dérapant ou un siège pour pouvoir vous laver assis ;
  • si la maison est équipée d’une baignoire, il est également possible d'installer une marche pour pouvoir y entrer et en sortir sans danger ni efforts. Il serait néanmoins préférable de faire remplacer la baignoire par une douche, si cela est possible ;
  • il est également important de mettre toutes vos affaires à portée de main pour ne pas avoir à monter sur une chaise ou sur un escabeau pour les attraper ;
  • il existe également des solutions pour surélever le lit, mais aussi les chaises ou les fauteuils pour pouvoir en sortir plus facilement ;
  • enfin, des points d’appui, comme des barres, peuvent être installés, dans les WC par exemple, ils devront être suffisamment solides pour supporter le poids de la personne.

Éviter un hématome sous-dural

Pour prévenir l’apparition d’un hématome sous-dural chronique, on peut utiliser un pilulier pour éviter toute erreur liée aux médicaments et ce, d’autant plus dans le cas d’anticoagulants. On peut également faire de la prévention pour éviter l’abus d’alcool. De cette façon, on réduit le risque d’apparition des HSD.

Aucun commentaire à Chutes et hématome sous-dural chez la personne âgée : comment les éviter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires