Méthode Alexander : tout savoir sur cette technique

Alors que nombre d’adeptes ne jurent plus que par le yoga et le pilate, une petite dernière fait doucement son apparition dans le monde du bien-être corporel. Il s’agit de la méthode Alexander qui vient bouleverser le panorama avec une technique innovante pour améliorer sa posture et soulager les maux qui découlent de nos mauvaises habitudes (douleurs, tensions, contractures musculaires…). Cette technique n’a pourtant rien de nouveau. Découvrons ensemble les bienfaits de cette méthode douce pour vous aider à vous sentir mieux dans votre corps.

Methode Alexander
© istock

La technique Alexander : une méthode de rééducation posturale

La technique Alexander a pour objectif de nous réapprendre à utiliser notre corps, à améliorer notre posture et notre respiration. Contrairement, au yoga ou au pilate, cette méthode n’est pas basée sur des exercices physiques. Il s’agit d’une éducation somatique qui nous permet à termes de retrouver équilibre et coordination en se basant le positionnement de notre tête.

La méthode Alexander se distingue d’une thérapie. Elle n’a pas vocation à rééduquer des personnes avec des problèmes moteurs graves, comme cela peut être le cas pour la kinésithérapie, par exemple. Il s’agit d’une rééducation posturale. Chacun de nous, au quotidien, exécute des mouvements et des postures qui mettent à mal notre bien-être corporel. Cela provoque, douleurs, maux de dos, maux de tête, tensions mais aussi des limitations respiratoires ou encore un manque de souplesse, car nous effectuons mal nos mouvements. Il faut alors se défaire de ces habitudes qui sont ancrées en nous.

Le mauvais “usage de soi”

L’origine de la méthode Alexander

Cette méthode a été mise au point par quelqu’un qui n’était pas du tout thérapeute ou spécialiste du corps humain à l’origine. La méthode Alexander a été élaborée par un acteur shakespearien australien, Frederick Matthias Alexander (1869–1955), lorsqu’il a souffert d’un problème d’extinction de voix. En effet, durant ces représentations Alexander se retrouvait sans voix au milieu de la pièce. Il a consulté des médecins, essayé de ne pas utiliser sa voix pendant des semaines avant une représentation, mais rien à y faire, cela se reproduisait à chaque fois. Il a donc décidé de s’isoler chez lui pendant plusieurs semaines et de s’observer afin de trouver la cause du problème. Il s’est ainsi observé pendant des années dans une pièce couverte de miroirs, c’est alors qu’il a compris ce qu’il se passait. Son problème d’aphonie ne résultait pas d’un problème vocal, mais d’un mauvais « usage de soi ». Qu’entendait-il par-là ?

Principe de la méthode

Pour Alexander, il faut considérer son corps comme un tout, utiliser le concept de globalité, et ne pas considérer son corps comme un amas de pièces détachées. Il a remarqué que chez les vertébrés, il existe une relation dynamique entre la tête, le cou et le dos. Quand on regarde un cheval s’élancer, par exemple, c’est bien la tête qui mène le tout, les jambes ne font que suivre le mouvement. Il appelle cela le « contrôle primaire ». Pour lui, le problème vient du fait que nous avons désappris le bon usage de soi. Chez les bébés, on observe également que leur posture est différente et que la tête est toujours alignée avec la colonne vertébrale. La sédentarité et la répétition de postures assises ont changé notre dynamique en plaçant le bassin comme moteur du corps, ce qui n’est pas naturel.

La méthode Alexander permet de réapprendre cette relation grâce au développement de l’attention, le fait de devenir conscient de nos postures et mouvements. Cela permet de prendre conscience des erreurs que nous faisons et de freiner ces comportements afin de les remplacer par d’autres plus adaptés. À force de pratiquer cette méthode, on parvient à retrouver un équilibre et à changer nos habitudes.

Les bienfaits de la méthode Alexander

Bien que n’étant pas une thérapie, la méthode Alexander peut soulager des douleurs chroniques au niveau du dos ou des articulations. Il faut réaliser plusieurs séances avec la technique Alexander afin d’en tirer des bénéfices sur le long terme. Elle est même utilisée dans certains hôpitaux d’Outre-Manche, où elle a été testée en comparaison avec d’autres traitements ou de la kinésithérapie. Et, c’est cette technique qui s’est avérée la plus efficace sur la durée.

Les artistes sont particulièrement friands de cette méthode en raison de leur intérêt à disposer d’une parfaite maîtrise de leur corps.

Les praticiens de la technique ne sont pas des médecins ou des thérapeutes. Ils ne peuvent donc pas poser de diagnostic sur un problème précis. En revanche, les bienfaits de la technique Alexander a fait ses preuves selon plusieurs études scientifiques sur différents problèmes de santé.

Soulager la lombalgie chronique

La méthode est souvent utilisée dans le traitement de personnes atteintes de lombalgies, soit de façon exclusive, soit en l’intégrant à un programme de soins plus variés.

Réduire certains symptômes ou incapacités liées à la maladie de Parkinson

Plusieurs essais ont démontré que la méthode Alexander avait permis d’améliorer la qualité de vie des malades de Parkinson, et de réduire certains troubles associés, comme la dépression.

Améliorer la respiration

La méthode aurait des effets positifs sur nos capacités respiratoires, selon des études réalisées sur des sujets normaux. Son efficacité sur des personnes asthmatiques ou présentants des troubles respiratoires n’est pas encore prouvée.

Améliorer son équilibre

Cette méthode semble être efficace dans l’amélioration du sens de l’équilibre, ce qui peut être très bénéfique pour les personnes âgées qui sont souvent victimes de chutes.

Enfin, la méthode peut être testée pour les personnes sujettes à des problèmes de maux de tête, de douleurs dorsales, d’asthme, d’arthrite, d’arthrose, des problèmes respiratoires ou des problèmes liés à un travail répétitif.

Déroulement d’une séance

L praticien de la méthode Alexander enseigne à l’élève comment corriger sa posture et ses mouvements de façon naturelle. Ces enseignements peuvent ensuite être appliqués dans la vie de tous les jours. Cet apprentissage est long car il est difficile de se défaire de ses habitudes. Il faut prévoir environ 20 à 30 semaines d’apprentissage, à raison d’une séance hebdomadaire.

Durant la séance, l’enseignant vous donnera des instructions et pourra vous guider en vous touchant légèrement pour corriger les mouvements. Vous pouvez également demander à adapter la leçon à des situations particulières comme utiliser certains outils, jouer d’un instrument, etc.

Après plusieurs séances, vous pourrez continuer l’apprentissage par vous-même.

JDS
160

A lire aussi :

Aucun commentaire à Méthode Alexander : tout savoir sur cette technique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires