Le modèle PATHOS en EHPAD

Le PATHOS est un outil d’évaluation qui est utilisé par les professionnels de santé dans les EHPAD (Établissements pour personnes âgées dépendantes) et dans les unités de soins longue durée (USLD). Il permet, notamment, d’évaluer les niveaux de soins nécessaires pour la prise en charge des pathologies des personnes âgées, en établissement ou à domicile. Comment cela fonctionne-t-il ? Qu’est-ce que vraiment, PATHOS ? On vous en dit plus.

Personnes Agees Tablettes Ehpad
© istock

Qu'est-ce que c'est ?

Le modèle PATHOS aide les professionnels de santé à mettre en place un programme de soins personnalisé et adapté aux besoins des seniors placés en EHPAD ou en USLD. L'outil permet également d'identifier la nature des soins nécessaires aux résidents et leur ampleur. Le PATHOS peut s'utiliser de concert avec la grille AGGIR, autre outil utilisé dans les maisons de retraite et les unités de soins longue durée pour déterminer le niveau de dépendance des personnes âgées. Une fois les observations validées par un médecin désigné par le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS) du territoire, les résultats sont saisis dans l'application GALAAD et sont utilisés pour le suivi des « coupes AGGIR-PATHOS ». Les données ainsi recueillies aident à effectuer une analyse au niveau national de l'évolution des besoins et des diverses pathologies rencontrées en établissements. Ainsi, la politique nationale de médicalisation et la prise en charge des seniors en établissement peuvent être adaptées. Le PATHOS peut aussi être utile au niveau collectif pour définir l'état de prise en charge médicale dans un établissement ou un service de soins.

Cela permet aussi de calculer la dotation budgétaire de l'EHPAD ou USLD. Le Pathos Moyen Pondéré (PMP) aide à mesurer les différents niveaux de soins demandés d'un point de vue plus global et de calculer ainsi le montant de la dotation budgétaire des établissements.

Le système PATHOS a été mis en place dès les années 90 par le Syndicat national de gérontologie clinique (SNGC) et le service médical de la caisse nationale de l'assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). En 2010, le système est repris par la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie).

L'outil peut être utilisé à un niveau individuel pour ainsi évaluer la situation pathologique d'un des résidents de l'EHPAD ou de l'USLD et ensuite lui proposer un programme de soins adapté à ses pathologies.

Comment fonctionne l'outil PATHOS ?

Le modèle PATHOS se compose de plusieurs variables, comprenant :

  • 50 états pathologiques
  • 12 profils de soins
  • et 8 postes de ressources

Les 50 états pathologiques décrits dans le modèle PATHOS regroupent différents troubles qui peuvent toucher les personnes âgées. Il est possible d'y trouver différentes affections comme :

  • les affections cardio-vasculaires
  • neuro-psychiatriques
  • broncho-pulmonaires
  • infectieuses
  • dermatologiques
  • ostéo-articulaires
  • gastro-entérologiques
  • endocriniennes
  • uro-néphrologiques
  • et d'autres grands domaines pathologiques.

Les 12 profils de soins définis dans l'outil PATHOS comprennent l'absence de traitement ou de surveillance médicale mais aussi la nécessité de soins plus lourds, d'une surveillance au quotidien (surtout lorsque le pronostic vital du résident est engagé). Cela passe aussi par la rééducation fonctionnelle ou les soins psychiatriques, notamment. Un seul profil de soins est associé à un état pathologique donné. Mais toutes les associations « état pathologique/profil » ne correspondent pas toujours à la réalité et le modèle PATHOS, dans la pratique, n'en comprend que 238 lui permettant de décrire les différentes situations rencontrées chez les personnes âgées.

Bientraitance Senior En Milieu Hospitalier
© istock

Les 8 postes de ressources du modèle PATHOS correspondent aux différents niveaux de soins nécessaires. Il est question de :

  • soins généraux effectués par un médecin gériatre
  • soins de psychiatrie
  • soins infirmiers
  • rééducation réalisée par un kinésithérapeute, un ergothérapeute, un orthophoniste, etc
  • psychothérapie prescrite par un psychologue ou un psychomotricien dans certains cas
  • d'actes de biologie
  • d'actes d'imagerie
  • de pharmacie et de petit matériel médical

En 2019, une actualisation de PATHOS a été mise en œuvre pour offrir une nouvelle version du modèle. Cette « mise à jour » se fait par plusieurs étapes. La première consiste à actualiser et réécrire les ordonnances constitutives de l'outil PATHOS. Ces ordonnances mentionnent les actes nécessaires pour la prise en charge des états pathologiques vécus par les personnes âgées et également les temps de réalisation des actes médicaux par les différents professionnels concernés.

La seconde étape est de valoriser la charge en soins portée par l'établissement et ce, de manière financière.

La CNSA participe aux travaux de refonte de l'outil PATHOS de façon très active. Les travaux sont réalisés avec l'appui du comité scientifique des référentiels AGGIR et PATHOS. Actualiser et réécrire les ordonnances constitutives de l'outil d'évaluation a pour but de consolider les algorithmes et de les mettre à jour pour permettre le calcul de la charge en soins portée par l'établissement et ainsi la tarification de l'EHPAD. La révision de cet outil devrait permettre de mieux prendre en compte certains besoins pas identifiés dans l'ancienne version, surtout ceux concernant la prévention, les pratiques thérapeutiques non médicamenteuses et l'évolution des pathologies en EHPAD.

Il y a également différentes options de valorisation financière actuellement en cours d'étude.

Bientraitance Personne Agee
© istock

Comment est-il utilisé en EHPAD ?

Dans un EHPAD, le modèle PATHOS aide le médecin coordonnateur à repérer, d'après le thésaurus regroupant 50 états pathologiques, celui dont souffre le résident. Il s'en sert aussi pour préciser le profil de stratégie thérapeutique nécessaire pour prendre en charge le patient parmi les 12 profils de soins établis dans l'outil. Le médecin coordonnateur saisit toutes les données dans le logiciel associé à PATHOS, soit GALAAD qui est fourni par la CNSA, et l'algorithme du modèle PATHOS définit alors les moyens nécessaires dans 8 postes de soins médico-techniques.

En somme, le PATHOS permet, en EHPAD, de réaliser un vrai bilan à partir de l'évaluation de l'état de santé de tous les résidents. Cela peut permettre d'aider à évaluer les besoins en personnel soignant de la maison de retraite et les différents moyens qu'il conviendra de mobiliser. Le modèle PATHOS se complémente à la grille AGGIR dans le sens où il permet d'adapter la prise en charge des résidents âgés et malades des EHPAD.

JDS
131

A lire aussi :

Aucun commentaire à Le modèle PATHOS en EHPAD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires