Quel est le taux de cholestérol normal à 70 ans ?

Chez les seniors, garder un taux de cholestérol acceptable peut être complexe, à cause d’une prise accentuée de médicaments ou de plusieurs facteurs de risques présents. Il existe un traitement anti-cholestérol, qui doit être prescrit au cas par cas chez les seniors. Surtout si la personne prend déjà des traitements annexes. Qu’est-ce que le cholestérol ? Quel est le taux normal pour un senior ?

Taux Cholestérol Senior
© istock

Qu'est-ce que le cholestérol ?

Souffrir d'hypercholestérolémie, en fait, c'est avoir un taux de cholestérol dans le sang trop élevé. C'est assez compliqué de repérer cette pathologie car il n'existe pas de symptômes pour cela. En fait, l'hypercholestérolémie entraîne une rigidification des parois sanguines (comme le fait l'hypertension), c'est-à-dire que l'excès de graisse dans le sang durcit et épaissit les parois des artères. Cela les abîme, donc, et au final, elles peuvent même être bouchées. Cette hypercholestérolémie, si elle n'est pas prise en charge rapidement peut être source d'accidents vasculaire cérébraux (AVC) ou cardiaques (infarctus).

Si le cholestérol est une molécule naturellement présente dans l'organisme, car sécrétée par le foie, elle peut aussi être apportée par l’alimentation, notamment dans les graisses d'origine animale. Les aliments riches en graisses saturées comme les viandes grasses, les produits laitiers gras ou le beurre, peuvent faire augmenter le taux de mauvais cholestérol (le LDL). En plus de l'alimentation, le manque d'activité physique ou encore le tabagisme peuvent faire augmenter le taux de cholestérol dans le sang. Il est prouvé que diminuer son cholestérol de 10% peut limiter les risques de maladie coronarienne (et ce, jusque 20%!).

Le bilan lipidique se fait à partir de prises de sang. Le résultat démontre la quantité de cholestérol dans le sang mais aussi le type (LDL et HDL). Il est recommandé de maintenir un taux de cholestérol total (noté CT sur les résultats d'analyse) de <2 g/l. Il faut aussi prendre en compte le rapport du CH-HDL au CT car le HDL a une fonction différente du LDL et il est donc primordial dans le bon fonctionnement de l'organisme. Avec l'âge, mieux vaut avoir un taux de cholestérol total un peu plus élevé, cependant, plutôt qu'un taux trop bas. En effet, un taux plus élevé de LDL limite la mortalité chez les seniors, de manière assez paradoxale. De nombreuses études vont dans ce sens aujourd'hui.

A partir de 50 ans, la prévention est obligatoire !

Il est prouvé scientifiquement que le risque cardiovasculaire lié au cholestérol augmente avec l'âge et peut devenir particulièrement préoccupant quand arrive la cinquantaine. En moyenne, les femmes sont tranquilles jusque 55 ans et les hommes jusque 45 mais ce n'est pas toujours le cas, malheureusement...

Surveiller le taux de cholestérol des jeunes seniors devient donc plus que nécessaire car mieux vaut prévenir que guérir ! Il convient de faire des bilans réguliers et pour éviter les mauvaises surprises, il est possible d'adopter quelques règles d'hygiène de vie élémentaires pouvant apporter de réels bénéfices sur la santé. En effet, pour garder des artères en bonne santé, il faut veiller à avoir une alimentation équilibrée et à se méfier des graisses animales (contenues dans le lait, le fromage, le beurre, les œufs, la crème fraîche et la charcuterie notamment). En général, faire de l'exercice physique de manière régulière permet aussi de garder son taux de cholestérol dans des proportions acceptables.

Si, à 50 ans, une personne souffre d'hypercholestérolémie, alors il est possible d'utiliser les mêmes bases comme traitement. En somme, suivre un régime alimentaire spécifique et exercer quelques activités physiques, surtout en cas de surpoids, sont des armes particulièrement adaptées pour lutter contre la graisse naturelle. Il convient de se faire suivre par un médecin qui saura s'adapter à l'âge du malade et à ses taux. Si, après trois mois, les analyses de la personne ne sont pas stabilisées ou si elle présente un fort risque cardiovasculaire, alors il est temps de penser à un traitement plus adapté à la situation. Souvent, on utilise des hypolipémiants, des statines et des fibrates pour réguler le cholestérol.

Traitement Cholestérol
© istock

Prendre en charge le cholestérol des seniors

Même s'il a mauvaise réputation, le cholestérol est essentiel pour aider le corps à fonctionner normalement. Les membranes cellulaires sont même composées à 30% de cholestérol. Il a donc un rôle prépondérant dans la construction mais aussi l'entretien et le maintien de ces membranes. Là où c'est plus problématique, c'est que le cholestérol ne se dissout pas dans le sang. Il peut donc être à l'origine de plaques épaisses et dures obstruant les artères et les rigidifiant. Il s'agit là du cholestérol LDL. Il existe le cholestérol HDL qui, lui, aide le cholestérol LDL à voyager jusqu'au foie, où il sera décomposé. Le HDL est considéré comme le « bon » cholestérol.

La Haute Autorité de Santé prend très au sérieux le traitement de l'hypercholestérolémie chez les seniors et préconise un certain nombre de choses à mettre en place. Peu importe l'âge, il convient de suivre des conseils diététiques appropriés et de promouvoir l'activité physique.

La HAS recommande, pour des seniors entre 65 et 80 ans, en prévention primaire (soit avant la survenue d'un quelconque problème cardiovasculaire avéré) de mettre en place un traitement par statine, si nécessaire. Cela peut aussi être instauré chez des patients plus jeunes.

Pour les seniors de plus de 80 ans, sans données effectives, la mise en place d'un traitement n'est pas conseillée. Toutefois, certains critères sont pris en compte comme le cumul des facteurs de RCV (risques cardiovasculaires) et  l'absence de pathologie grave limitant l'espérance de vie. Ces critères peuvent conduire à la poursuite du traitement, si celui-ci est bien supporté par la personne.

Après un problème cardiovasculaire, la prise en charge repose principalement sur plusieurs changements dans le mode de vie de la personne et les règles générales de prise en charge sont appliquées (sauf en cas de fragilité majeure et d'espérance de vie limitée). Des conseils alimentaires, une activité physique pour lutter contre la sédentarité et les autres facteurs de risques cardiovasculaires, comme le tabagisme, sont proposés et associés à un médicament hypolipémiant (une statine, le plus souvent).

Après 80 ans, il n'est pas recommandé de donner des conseils alimentaires trop restrictifs car cela favorise le risque de dénutrition chez le senior.

À lire aussi :

Aucun commentaire à Quel est le taux de cholestérol normal à 70 ans ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires